Black Lightning - Pluie d'éclairs à l'écran - PoulpeCorn.fr
EN CE MOMENT
Notre site est en cours de création

Black Lightning – Pluie d’éclairs à l’écran

Black Lightning

La nouvelle série superhéroïque de The CW et Berlanti Productions est diffusée depuis le 16 janvier 2018. En France, les épisodes de Black Lightning sont disponibles sur Netflix avec une semaine de décalage. Une série qui contient son lot de promesses, mais qui détonne dans le paysage défini par ses deux partenaires.

De quoi ça parle ?

Black Lightning raconte les aventures du super-héros éponyme. A la retraite depuis neuf ans, Jefferson Pierce est devenu proviseur de lycée. Il a obtenu de plutôt bons résultats dans ce nouveau domaine. Mais quand les gangs de la ville commencent à menacer ses filles, il décide de renfiler ses collants et son masque.

Par les fondateurs de l'Arrowverse

Black Lightning n'est pas la première série de la CW et de Berlanti Productions mais la sixième depuis 2001/2006. Pourquoi ce décalage de dates ? Parce que la chaine est née en 2006 de la fusion de deux autres et a hérité de leurs programmes. Dont Smallville, la série en question, sur laquelle les fondateurs de Berlanti Productions ont fait leurs armes comme scénaristes sur les dernières saisons. Un an après la fin de cette série, ils ont proposé Arrow (2012). Toujours dans l'univers de DC comics, mais sans lien de suite avec la précédente. Le succès d'Arrow engendrera des spin-off et un univers partagé que l'on surnomme l'Arrowverse.

A The Flash (2014) et Legends of Tomorrow (2016), il convient d'ajouter Supergirl (2015). Crée par Berlanti Productions pour CBS, cette cinquième série ne rejoint the CW qu'à partir de la seconde saison. Ses résultats étaient trop faibles pour la chaine principale du groupe (CBS est un des deux propriétaires de CW avec le propriétaire de DC Time Warner) mais acceptables pour la "petite sœur".

Officiellement, Black Lightning ne fait pas partie de l'Arrowverse. Mais à l'origine, Supergirl n'était pas prévue pour en faire partie. Pas plus que Constantine (une série d'une saison diffusée sur NBC, produite par des amis de Berlanti, et dont l'acteur principal a repris son rôle dans quelques épisodes de Arrow et Legends of Tomorrow). Donc qui sait de quoi l'avenir sera fait ?

 

Un casting différent

Le principal obstacle entre l'Arrowverse et Black Lightning est son décalage avec le reste des séries CW. La chaine ne cache pas qu'elle cible les adolescents et les jeunes adultes. Ses séries comptent beaucoup de personnages lycéens (Gossip Girl, Vampire Diaries, Riverdale...). Quand les héros sont adultes, ils n'ont pas encore atteint la vie de famille de l'Américain moyen. Que ce soit professionnellement ou affectivement (l'Arrowverse, Supernatural...)! Et dans les autres directions, que ce soit historique (Reign), science-fiction (Les 100) ou des êtres fantastiques (The Originals), le casting tient à conserver des acteurs jeunes et proches de la cible.

Le personnage principal de Black Lightning a une fille à la fac et une seconde au lycée. Son confident a une quinzaine d'années de plus (si l'on se base sur l'âge des acteurs). Il y a donc un véritable gouffre par rapport au casting habituel. Même s'il semble évident que ses deux filles vont créer le lien avec la cible traditionnelle (elles héritent de pouvoirs), l'ordre des priorités a été inversé.

Des héros moins classiques

Parmi les critiques qui existent à l'encontre de l'Arrowverse, il y en a une qui concerne des entourages de héros trop similaires. Si l'humour geek de Felicity allégeait les tensions au début d'Arrow, trop de reprises avec Cisco (The Flash) et Winn (Supergirl) rendent les rencontres redondantes. Les liens avec des parents absents ou les sidekicks qui veulent rejoindre la cour des héros... Sans parler des amours impossibles. Les scénaristes (communs) ne brillent pas toujours par leur originalité.

Heureusement pour Black Lightning, la différence d'âge et de situation oblige à renouveler ces idées. L'amour impossible est toujours là, le héros n'ayant toujours pas fait une croix sur son histoire avec son ex-femme. Mais il serait bien difficile au proviseur d'âge mûr de se confier à un élève geek. Il n'y a pas la place pour rajouter trop de personnages. Le love-interest de la fille ainée est ainsi par exemple classé dans les personnages récurrents.

A son âge, il est peu probable que l'on parle des parents de Jefferson Pierce. Quant aux relations avec ses enfants, c'est la base d'une série traitant d'une famille. Et si ses filles deviennent des super-héroïnes à leur tour, il s'agit cette fois d'un travail d'adaptation. Elles le sont en effet dans les comics d'origine et commencent dans cette voie dès le premier épisode (là où Diggle, Cisco ou Jimmy sont définis sous un autre rôle avant de bifurquer). Cette histoire devrait donc s'avérer plus naturelle.

Des atouts pour une histoire originale

Black Lightning s'écarte donc des critères habituels de ses créateurs. Ce qui devrait lui permettre de se démarquer plus rapidement. Et devenir plus facilement identifiable. Voire attirer quelques spectateurs qui cherchent à se renouveler pour la chaine.

Mais la série se montre aussi originale dans l'univers des super-héros. Si la relation mentor-apprenti est courante dans les comics, les adaptations sur grand et petit écran creusent rarement dans cette direction. A l'exception d'une partie des séries Batman, aucun exemple ne me vient en tête. L'Arrowverse a complètement échoué sur ce point et semble s'en désintéresser malgré la multiplication des sidekicks. C'est donc tout un territoire vierge à explorer.

Enfin, il y a une dimension sociale à ajouter. En tant que proviseur d'un lycée, Jefferson Pierce est un membre important et actif d'une communauté. L'une des premières scènes du premier épisode le montre victime d'un délit de faciès dans un pays où les policiers sont régulièrement épinglés pour bavures racistes. Il y a donc possibilité de faire plus profond que la simple et classique course derrière des criminels.

Black Lightning a donc des possibilités pour devenir une série intéressante et prometteuse. A voir si les scénaristes et les réalisateurs suivront derrière. Et si le public va accrocher. Car pour le moment, nous n'en sommes encore qu'au tout début.

D'autres articles sur Black Lightning...

Publier un commentaire