NOVEMBRE 2018
Le site reprend doucement de l'activité après plusieurs mois de pause

Feu et Sang : les origines du Trône de Fer

Game of Thrones

Avant d'être une série à succès, Game of Thrones était un cycle de romans qui avait déjà atteint le statut de référence (baptisé Le trône de fer en français). Bien qu'inachevé. Déjà, l'implication de George R.R. Martin dans les premières saisons avait repoussé la sortie de certains tomes. Plus récemment, il a déclaré attendre la fin de la série pour reprendre l'écriture de la suite. La version télévisée, avant même d'avoir dépassé l'auteur, s'était affranchie de plusieurs intrigues. Le produit de ces dernières saisons est bien différent de ce que proposera la version écrite en termes de personnages, de rythme et donc de rebondissements. L'auteur préfère éviter la confrontation directe. Et donc attend que l'espace soit libre pour reprendre son histoire.

Ce qui ne veut pas dire qu'il abandonne cet univers pour autant. Il y a eu les prequels des Chroniques du chevalier errant, se déroulant 90 ans avant la saga principale. Et depuis le 20 novembre 2018 est sorti Feu et Sang. Ou du moins est sorti dans certains pays, tandis que d'autres comme la France doivent se contenter d'une première moitié. La seconde est attendue pour mai 2019 et la version intégrale en 2020.


Détails de conception

Les Chroniques du chevalier errant étaient d'abord sortis sous forme de nouvelles dans des anthologies avant d'être réunies en livres indépendants. Pour Feu et Sang, le cheminement a été similaire. Des histoires écrites pour Dangerous Women (sorti en 2013 en vo, 2016 en France), Vauriens (2014 en vo, 2018 en France) et The Book of Swords (2017 en vo, prévu pour 2019 en France, ironiquement c'est ici que se trouve la seule des trois liées à cette première partie version française). Ces nouvelles sont narrées par l'archimestre Gyldayn, qui reprend ce rôle dans Feu et Sang. George R.R. Martin se présentant comme un simple scribe retranscrivant ses écrits.

Feu et Sang est une chronique des quatorze rois targaryens qui se sont succédé sur le Trône de Fer, jusqu'à la Rébellion de Robert Baratheon (soit une quinzaine d'années avant le début de Game of Thrones). Du moins c'est ce qui est annoncé pour deux tomes en version originale. Le premier tome français couvre quatre rois sur un siècle, et le second devrait ajouter entre trente et quarante ans de plus. Pour information, le second tome américain devrait couvrir une période de temps similaire.

Une écriture particulière

Feu et Sang est écrit comme une chronique. En des termes modernes, on pourrait la comparer à un livre de la section histoire de votre librairie. George R.R. Martin parle d'ailleurs lui-même de "fake history". Comparé à la série de HBO Game of Thrones, l'adaptation serait plutôt un documentaire. Une description qui pourrait rebuter certains, car ce sont des produits dont la démocratisation reste limitée face à des purs divertissements. Il n'y a pas de héros, les dialogues sont anecdotiques et les grandes scènes d'actions réduites à quelques lignes. On ne vit pas l'histoire, le lecteur se la fait raconter.

Mais si la forme peut dérouter, un élément reste important. Fiction ou texte historique, qu'importe ! Pour qu'un livre se vende bien, il doit être bien écrit (on exclura du lot les textes écrits par des nègres pour être vendus comme propagande par un gros nom). Or, George R.R. Martin reste un des meilleurs écrivains de notre temps. Tout comme son cycle principal, il réussit très bien à nous faire partager les motivations et les avancées de personnages non pas en noir et blanc mais en nuances de gris. Des anecdotes savoureuses viennent enrichir ce qui n'est pas une simple chronologie romancée. L'évolution des faits s'emboite de manière efficace et un héros émerge. Sauf qu'il s'agit du royaume des Sept couronnes de Westeros plus que de ses habitants, nobles ou serviteurs.

Game of Thrones avait été plusieurs fois vanté pour l'influence de ses sources historiques. Avec cette histoire de la dynastie Targaryen, George R.R. Martin leur rend un bel hommage.

De quoi ça parle ?

Cette première partie de Feu et Sang suit donc les règnes des quatre premiers rois des Sept couronnes : Aegon Ier le Conquérant, Aenys Ier, Maegor Ier le Cruel et Jaehaerys Ier le Conciliateur. Autour d'eux se déplacent des familles bien connues. Comme les Baratheon, les Mantell ou les Tully par exemple. Les Lannister sont présents, souvent cités, mais se réduisent encore à occuper un rôle secondaire. Et à cause de leur éloignement, les Stark ne peuvent être que des figurants. Ils interviennent peu dans les batailles, révoltes, guerres civiles et complots de palais qui secouent les règnes de ces premiers rois fondateurs.

Mais ces troubles tiennent à un élément qui les limite : les dragons. Ils ne sont pas seulement l'emblème de la maison Targaryen. Aegon le Conquérant s'est imposé grâce à trois dragons (Mince ! J'ai spoilé dans l'univers de Game of Thrones ! Ah non pardon c'est juste le point de départ de l'histoire). Contrairement au cycle principal, où la princesse Daenerys tâtonne pour comprendre comment les utiliser (jusqu'à ce que la série s'affranchisse des romans et enclenche la vitesse supérieure), ils sont ici pleinement au centre du pouvoir de la dynastie régnante. Ils sont un enjeu politique, les contrôler signifiant être l'autorité suprême. Même au sein de la famille, alors que les grandes maisons cachent mal leur désir de s'emparer de l'un d'entre eux. L'ombre d'une bataille où plusieurs d'entre eux s'affronteraient plane sur tout le tome.

Au final, quatre rois. Un seul semble insignifiant, mais les trois autres mériteraient tous une histoire, voire un cycle séparé. Le talent de George R.R. Martin et à l'œuvre, et on reste accroché jusqu'à la fin ? La fin ? Non, on sait bien qu'elle n'est pas là. Et qu'il va falloir patienter encore un peu pour l'avoir entre les mains.

D'autres articles sur Game of Thrones...

Publier un commentaire