NOVEMBRE 2018
Le site reprend doucement de l'activité après plusieurs mois de pause

Synopsis

Star Trek est une licence forte, débutant en 1964 avec une série, qui vit encore aujourd'hui à travers des films et une nouvelle série.

Eugène Wesley "Gene" Roddenberry, né en 1921, est un ancien ingénieur aéronautique et pilote devenu auteur primé pour la télévision. Il commence à développer le projet Star Trek en 1964, mais ne réussira à le vendre qu'en doublon avec un autre projet. Le pilote est très mal accueilli par les spectateurs-tests, obligeant à tout remanier pour un épisode 2. De l'équipage alors présent, seul sera gardé Mr Spock, malgré les critiques sur ses oreilles qui "rappellent le diable". Cette nouvelle version durera trois saisons (1966-1969) avant de s'arrêter à cause d'audiences trop faibles. Mais des rediffusions vont suivre. Et d'autres encore. Et encore. Avec elles, une fanbase va s'établir. Le succès va grandir. Et l'univers devenir une référence en matière de science-fiction. En 1973-1974, un dessin-animé où les acteurs reprenaient leurs rôles va échouer à relancer la machine (d'ailleurs, suite à la volonté de Roddenberry, la Paramount qui possède les droits la considère comme ne faisant pas partie du canon). Une deuxième série était programmée mais sera finalement annulée pour être transformée en film.

Film qui sort en 1979, un an après le premier Star Wars. Les producteurs ont voulu surfer sur la vague et ont réussi le coup financier. Côté critique, c'est plus mitigé. On sent que les studios ont imposé certains éléments assez classiques au cinéma mais qui ne collaient pas à la vision de Roddenberry. Par exemple, ils ne voulaient pas de dispute entre les personnages principaux, or un nouvel arrivant ne passait son temps qu'à contester le commandement. Même si cantonné au rôle de consultant, il sera plus vigilant pour La colère de Khan, deuxième film sorti en 1982, suite d'un épisode de la série originale et considéré comme le meilleur de la saga. Puis les acteurs s'empareront de la caméra puisque Léonard Nimoy (Mr Spock) réalisera A la recherche de Spock (1984) et Retour sur Terre (1986), deux autres succès applaudis par la critique. Puis William Shatner (Capitaine Kirk) s'est occupé de L'ultime frontière (1989), considéré comme le moins bon de la saga. En 1991, Terre Inconnue est prévue comme un champ du cygne pour ce groupe d'acteurs qui travaillent ensemble depuis 25 ans. Ce le sera encore plus car Gene Roddeberry est mort cette année-là, à 70 ans, d'une insuffisance cardiaque. Ce sixième film lui est dédié et la légende veut qu'il ait eu droit à une projection trois jours avant sa mort.

J'ai donné beaucoup de dates et de noms, mais je n'ai pas encore parlé du contenu de ces séries et films. Gene Roddenberry était un humaniste convaincu et reconnu, et cela se reflète dans sa vision de la société future. Dans son 23ème siècle, la Terre est dirigée par un gouvernement unique où guerre, maladie et pauvreté ont été éradiquées. La planète est un élément très important de la Fédération des Planètes Unies, qui siège à San Francisco et Paris. Des croiseurs d'explorations sont envoyés pour des missions de 5 ans dans l'espace inconnu afin d'en découvrir plus sur la galaxie. Nous suivons l'un de ces vaisseaux, l'USS Enterprise NCC-1701 (puis NCC-1701 A à partir du quatrième film) et son équipage commandé par les capitaines Pike (pilote refusé) puis Kirk (William Shatner). Cette société égalitaire et multiculturelle est bien représentée avec parmi les principaux officiers un extra-terrestre (Mr Spock, Leonard Nimoy), un asiatique, une noire et à partir de la seconde saison un russe (on est encore en pleine Guerre Froide). L'une des raisons invoquées pour le refus du pilote originel était que le second du vaisseau était une femme. Gene Roddenberry était donc bien en avance sur son temps, ce qui fait que la série a gardé une certaine modernité alors que les années avançaient. De nombreux auteurs de science-fiction et scientifiques ont participé au projet, aidant à le solidifier et à lui donner un solide contexte. Au fil du temps, le rôle de l'Enterprise a évolué pour servir comme vaisseau de combat, académie pour une seconde vie ou encore vaisseau diplomatique, selon les besoins. A certains moments, on s'oriente vers une fable ou un conte philosophique.

Avec le succès des films, en 1987  est sortie une nouvelle série : The Next Generation (TNG). Se déroulant près d'un siècle plus tard (le 24ème donc). Elle durera jusqu'en 1994, soit 7 saisons. Les temps ont changé et la place de capitaine de l'USS Enterprise NCC-1701 D est passé d'un cow-boy de l'Iowa à un diplomate français, Jean-Luc Picard (incarné par l'acteur anglais Patrick Stewart). L'exploration prend une place moins centrale, construisant beaucoup plus les différentes civilisations de la galaxie. Parmi les personnages récurrents, on retrouve Whoopi Goldberg, alors au sommet de sa carrière. La série sera récompensée plusieurs fois pour son son, son maquillage, ses costumes... Des personnages de la première époque ont aussi fait des apparitions, dont un rôle récurent pour Léonard Nimoy/Mr. Spock. Après l'échec du cinquième film, il est envisagé de faire appel à cette génération pour les prochaines adaptations mais cela ne se fera qu'après l'arrêt de la série. Le septième film, donc, en 1994, titré Générations. La transition est faite avec des personnages de la première époque mêlés au scénario. L'Enterprise NCC-1701 D sera détruite pour symboliser la fin de la série (et remplacé par le NCC-1701 E pour les films suivants). Le résultat fut mitigé, comme le précédent film, mais suffisant pour envisager d'autres suites.

Générations compris, cette période comptera quatre films. En 1996, Premier Contact renoue avec le succès en se classant troisième meilleur film de la franchise. Il est réalisé par Jonathan Frakes, qui incarne aussi le commandant Riker, commandant en second de l'Enterprise (le barbu en haut à droite sur la photo ci-dessus). Le film suivant lui fut aussi confié, mais pour un résultat inverse. Insurrection (1998) s'enfonce au fin fond du classement. L'un des reproches qui lui est fait est de trop s'éloigner de la vision de Gene Roddenberry, notamment en retournant tout l'équipage contre la Fédération. En 2002, il est annoncé que le dixième film de la saga serait aussi le dernier issu de la série TNG. Son scénariste principal ne connaissant presque rien de l'univers, Nemesis sera celui qui rapportera le moins d'argent à son studio propriétaire et verra la disparition de la saga sur grand écran pendant 7 ans.

TNG a aussi connu des spin-offs, se déroulant à la même période. Ayant été réalisées après la mort de Gene Roddenberry (bien qu'issues d'idées qu'il a eu), ses règles habituelles se font briser. Mais progressivement, et d'abord pour donner quelques nuances de gris dans cet univers manichéen. En 1993 arrive Deep Space 9 (DS9). Elle se déroule en un endroit unique : une station spatiale récemment prise à un ennemi (les Cardassiens) et rebaptisée par ce nom. Le capitaine Benjamin Sisko (Avery Brooks, commandant noir ce qui est encore assez rare) doit donc y gérer la partie militaire, secondé par des forces de la planète la plus proche, la planète Bajor, qui était encore récemment esclave de l'ennemi en question. Si l'approche première passait par de la diplomatie, les tensions locales voient le militaire prendre le pas et finir en véritable contexte de guerre. L'inspiration de ce futur utopique est même parfois comparé à notre époque, pour une critique de notre époque. Scénaristiquement, une autre modification est à noter. Jusqu'à présent, les arcs ne dépassaient pas les trois épisodes et c'était alors une histoire spéciale. Maintenant, ils peuvent durer plus d'une dizaine d'épisodes. Il est aussi possible qu'une intrigue se termine dans la saison suivante. Et les personnages secondaires sont beaucoup plus développés. La série durera sept saisons jusqu'en 1999.

Lancé en 1995, Voyager se voulait un retour aux sources. Poursuivant un vaisseau de renégats, l'USS Voyager NCC-74656 commandé par le capitaine Kathryn Janeway (Kate Mulgrew, enfin une femme aux commandes) se retrouve coincé à l'autre bout de la galaxie. Les deux équipages sont obligés de faire cause commune pour rentrer chez eux. Mais si l'uniforme choisi pour se rassembler est celui du plus gros et du plus nombreux, les tensions restent et vont rythmer les sept saisons (qui a dit "encore" ?) jusqu'en 2001. Toutefois, cette série ne marque pas autant que ses prédécesseures, et avec l'échec des derniers films on sent que l'on arrive à la fin de l'état de grâce des deux dernières décennies.

En 2001 sort Enterprise. Une petite précision, jusqu'à présent quand je donnais les noms des films et des séries, je n'ai pas précisé que toutes étaient précédées du nom de la licence. Avec ce nouveau projet, ce n'est plus le cas, du moins dans les deux premières saisons (sur 4, jusqu'en 2005). Ce qui a mécontenté plusieurs fans et les a fait partir sur un mauvais a priori. Elle est en tout cas la plus critiquée du lot, peut-être même mauvais films compris (mais pas les reboots). Elle est sensée se passer un siècle avant la série originale (le 22ème), alors que la Fédération se construit et que le monde idyllique décrit précédemment n'existe pas encore. Pour prouver ses capacités, la Terre envoie un vaisseau baptisé Enterprise NX-01 servir d'explorateur et d'ambassadeur. Le défaut inhérent à ce genre de préquel, c'est que les changements justifiés par une intrigue future pour un "retour à la normale" et qu'appeler certains éléments du futur pour justifier des intrigues du passé peuvent malmener le canon et ne pas être appréciés par les fans. Ce qui s'est passé. Beaucoup préféreraient oublier définitivement le capitaine Jonathan Archer (Scott Bakula) et son équipage.

Après l'échec d'Enterprise et des deux derniers films, la licence semblait au point mort. Quel projet pouvoir monter dessus ? Avec Voyager et Enterprise, il y avait une volonté claire de remonter aux origines. Alors ils ont décidé de ressortir du placard un vieux scénario se déroulant avant la série originelle et qui avait été abandonné car les acteurs ne l'avaient pas aimé. Il fut confié à J.J. Abrams, réalisateur très apprécié de la sphère geek, mais qui reconnait lui-même ne pas aimer Star Trek. Trois films sont pour le moment sortis dans cette nouvelle trame temporelle :

  • Star Trek (2009)
  • Star Trek: Into Darkness (2013)
  • Star Trek: Sans limites (2016)
  • Star Trek 14 a été officiellement annoncé et est en préparation...

En 2010 est sorti Star Trek Online, un MMO dans la lignée originelle puisqu'il se déroule 30 ans environ après Nemesis. La seule mention au reboot d'Abrams est la destruction de Romulus et la disparition de Spock qui conduisent aux évènements du film de 2009. Mais la continuité va voir ce qui se passe après ces évènements. Plusieurs personnages des séries sont présents, à des nouveaux postes bien entendus (amiraux, ambassadeurs, etc...). Le canon suivi est celui de ces séries, films liés mais aussi des romans (dont certains écrits par William Shatner, qui prouve qu'il est décidément un artiste bien complet). Le jeu proposait à l'origine deux factions, Fédération et Empire Klingon, mais depuis 2013 la République Romulienne est venue se rajouter. Un jeu avec phases au sol et phases spatiales, une multitude de vaisseaux sélectionnables et il est en free-to-play.

Enfin, une nouvelle série, Star Trek Discovery, est actuellement en préparation ! Nous n'en savons pas encore beaucoup de choses, même si nous en parlerons plus dans le détail ici lorsque les épisodes commenceront à se dévoiler.

Créatrice de Game-Guide et PoulpeCorn, je suis passionnée par tout ce qui touche à la science-fiction ou la fantasy, que ce soit via les jeux vidéo, les séries, les films, les livres... N'hésitez pas à me contacter pour rejoindre l'équipe ou si vous rencontrez un souci sur le site.

Articles

Titre Date Catégorie
Star Trek Discovery – Episode 15 et bilan de fin de saison 14 février 2018 Review
Star Trek Discovery – Episode 14, un pas de plus 05 février 2018 Review
Star Trek Discovery – Episode 13, le bon la brute et le truand 30 janvier 2018 Review
Star Trek Discovery – Episode 12, dans la griffe de l’empereur 22 janvier 2018 Review
Star Trek Discovery – Episode 11, plus de reflets 16 janvier 2018 Review
Star Trek – Miroir, miroir 14 janvier 2018 Dossier
Star Trek Discovery – Episode 10, pour la reprise 08 janvier 2018 Review
Star Trek Discovery – Episode 9, à mi-chemin 14 novembre 2017 Review
Star Trek Discovery – Episode 8, à la croisée des mondes 07 novembre 2017 Review
Star Trek Discovery – Où est Spock ? 06 novembre 2017 Dossier
Star Trek Discovery – Episode 7, une grosse boucle 03 novembre 2017 Review
Star Trek Discovery – Episode 6, mission de sauvetage 24 octobre 2017 Review
Star Trek Discovery – Episode 5, jouer collectif ? 22 octobre 2017 Review
Star Trek Discovery – Episode 4, on avance 10 octobre 2017 Review
Star Trek Discovery – Episode 3, le vrai pilote ? 02 octobre 2017 Review
Star Trek Discovery – Review d’un Trekkie 27 septembre 2017 Review
Star Trek La Nouvelle Génération – L’autre Star Trek, partie 3 15 septembre 2017 Dossier
Star Trek La Nouvelle Génération – L’autre Star Trek, partie 2 10 septembre 2017 Dossier
Star Trek La Nouvelle Génération – L’autre Star Trek, partie 1 07 septembre 2017 Dossier
Star Trek Discovery – Nouvelle bande-annonce 23 juillet 2017 News

Publier un commentaire


Galerie